Notice d’entretien

des trompes Surrel

TéléchargerEntretien_files/NoticeentretienV4.pdfEntretien_files/NoticeEntretienTrompesSurrel.pdfshapeimage_1_link_0
 

En détails


Votre trompe a été fabriquée entièrement à la main dans le plus grand respect des techniques traditionnelles (forge, planage au maillet, véritable martelage à la main), ceci afin de lui assurer entre autre les plus grandes chances de longévité.

Il est patent que les trompes finies de façon manuelles et traditionnelles se conservent plus longtemps que celles fabriquées par des procédés industriels qui malmènent le métal (évasivement mécanique ou hydraulique, étirage des tubes, décolletage émerisage du pavillon, etc.). Une trompe bien entretenue se transmet de génération en génération.

Mais il faut respecter les règles élémentaires de conservation et d’entretien : astiquez votre trompe le plus souvent possible. L’idée que l’astiquage use les trompes (idée répandue) est complètement fausse. D’abord vous verriez des particules jaunes sur votre coton ou chiffon, ce qui n’est pas le cas. La couche d’oxyde (qui rend le métal terne) mesure 50 Angströms soit 50 millionièmes de mm. Sachant que la tôle mesure 0,3 mm (pour les plus légères) il faudra donc pour amputer le métal du tiers de son épaisseur (soit 0,1 mm) : 5 millions d’astiquages, soit un astiquage tous les jours pendant 13 888 années...

Par contre quand on laisse l’oxydation agir, sans l'éliminer aussitôt, elle finit par percer très vite le métal.  Parfois une trompe, au bout de trois ou quatre ans de mauvais entretien sans astiquage régulier, commence de se percer et de n’être plus étanche... On a donc tout intérêt à ne jamais laisser prise à cette oxydation et à astiquer le plus souvent possible.


Conservation :

Ne laissez jamais séjourner votre trompe dans son étui, même ouvert surtout si elle est humide. L’étui ne doit servir qu’au transport.  C’est l’humidité qui favorise les phénomènes d’oxydation. A l’extrême le métal oxydé en profondeur finit pas se percer ou se fissurer. Le mieux est de laisser votre trompe accrochée au mur dans un endroit sec et ventilé.  Evitez l'humidité et les sources de chaleur importante qui accélèrent le processus d’oxydation. Vider votre trompe de la salive après l'avoir laissée environ 15 mn au repos.


Précautions :

Evitez les chocs violents et répétés. Une trompe peut supporter plusieurs cycles de débosselage mais à l'usage il s'ensuit une fatigue mécanique du métal qui conduit à des fissures, trous, déchirements divers. Les petites bosses ne sont pas graves et ne modifient pas le son, mais il faut éviter les contraintes mécaniques trop fortes.


Astiquage extérieur :

L’astiquage régulier permet d’éviter ou de ralentir l’oxydation du métal. Lorsque la trompe devient terne (c’est une oxydation superficielle), il faut penser à l’astiquer. Les pâtes ou les produits liquides posés sur un coton conviennent, mais évitez de faire couler le produit entre les tubes (vous ne pourrez pas l’éliminer).

Bannissez tous les produits qui nécessitent un rinçage à l’eau, vous ne pourrez pas éliminer l’eau qui s’infiltre entre les tubes, celle-ci jouera alors le rôle d’un électrolyte entre le métal et la surface oxydée et accélérera la destruction des parois non visibles du métal. Non seulement ces produits n’égalent pas la brillance donnée par Miror, Unipol ou le meilleur Gundel Putz,  mais ils créent parfois des auréoles mats sur le métal qu’il sera difficile de résorber même par l’artisan.

La période critique est l’été ; la sueur et la chaleur font des dégâts rapides et considérables sur le métal, c’est là qu’il faut astiquer au maximum (ou prendre un gant pour éviter toute oxydation).


Si la trompe est très sale :

Si votre trompe est déjà oxydée, Miror formule cuivre (supermarchés Carrefour) est le liquide le plus efficace et le plus rapide d’emploi. Imbibez légèrement un petit morceau de coton, frottez le métal en insistant sur les taches, laissez sécher puis lustrez très soigneusement avec un chiffon très propre ou mieux,  du coton à lustrer pour automobile.

Surtout ne rincez pas à l’eau comme il est spécifié sur le bidon !


Si votre trompe n’est pas trop sale :

Utilisez la pâte Gundel-Putz en vente à l’atelier, c’est le meilleur produit actuellement. Votre métal brillera encore mieux qu’avec Miror.  

La pâte Unipol est possible aussi, mais elle est moins facile à utiliser que Gundel-Putz, car vous devez la laisser sécher cinq minutes.



Nettoyage intérieur :

Certains sonneurs attendent que leur trompe soit bouchée pour la nettoyer : une trompe bouchée est une trompe dure à sonner, fatigante pour les muscles faciaux,  la compression est forte et le volume sonore est faible. Mon point de vue est qu'il faut toujours garder la compression choisie et réglée au moment du choix de l'embouchure et de la trompe. Je conseille donc de nettoyer la branche d'embouchure tous les deux mois (si vous sonnez tous les jours), au minimum deux fois par an.

Il vous suffit d’envoyer de l’eau, chaude de préférence, par le logement d'embouchure pour décoller-pousser le dépôt (salive séchée, postillons, etc.) qui fait bouchon et qui va s'évacuer par le pavillon. N'envoyez pas l'eau par le pavillon car vous risquer de collecter des impuretés et de les accumuler au niveau du grain, vous obtiendriez le résultat inverse, une trompe plus dure (Cela m'est arrivé).  Vous pouvez démonter la pomme d'aspersion de votre douche et présenter ainsi le tuyau devant le logement d'embouchure. Vous pouvez aussi utiliser un tuyau d'arrosage de jardin. Le mieux est d’utiliser un déboucheur qu'on visse à la place de la douchette ou de la lance d'arrosage. C’est le seul effet mécanique de ce dépôt qui obstrue légèrement le tube d’embouchure dans les 10 premiers centimètres qui rend la trompe dure à sonner. Une fois éliminé, la trompe retrouve sa souplesse, le volume sonore est plus fort, la compression chute, le timbre aussi est modifié.

Lors du débouchage, vous n'avez aucun risque à faire couler de l'eau très chaude à moins que sa température ne dépasse les environs de 280 ° qui est le point de fusion de l'étain d'assemblage (ce qui ferait fondre les points de soudure qui assemblent les tubes de la trompe). L'eau chaude décolle mieux la salive séchée, son pouvoir dégraissant est meilleur que l'eau froide, mais il est absolument inutile d'exagérer la température de l'eau chaude. Vous pouvez tout à fait vous contenter de l'eau froide dont l'effet mécanique (pousser le bouchon d'impuretés) est le même, par contre il est nécessaire lors de ce débouchage d'avoir une forte pression de l'eau que ce soit avec l'eau chaude ou avec l'eau froide.

Si le nettoyage a été efficace, il ne doit quasiment plus rester de particules dans la trompe donc quand vous videz l'eau après le débouchage, il est indifférent de vider l'eau résiduel en la faisant s'écouler par le pavillon ou par le tube d'embouchure mais, sait-on jamais, il est préférable de la vider par le pavillon pour ne pas risquer le déplacement d'une impureté qui viendrait se colmater à nouveau au niveau du grain.

N’utilisez aucun autre produit qui risquerait d’attaquer le métal. Si le nettoyage ne change rien, c’est qu’il y a une fuite d’étanchéité dans le circuit des tubes. Confiez alors votre trompe à l’artisan qui fera un contrôle d’étanchéité générale. Le décapage des parois internes des tubes ne sert à rien du point de vue de la facilité à sonner. En décapant les parois vous allez mettre le métal à nu et donc favoriser son oxydation. D’origine les tubes étant recouverts à l’intérieur d’une couche protectrice il convient de ne pas l’endommager. Exceptionnellement l'usage d'un écouvillon doux peut se concevoir (bouchon durci plusieurs années). L’adjonction de produit tel que lait, soude, ou autre annule la garantie. Nous la proscrivons formellement. Cela n'améliore absolument rien.


Noir du pavillon :

Le noir est une patine qui s'apparente aux bronzages des armes et non pas une vulgaire peinture comme sur les trompes industrielles. Il protège le métal à l'intérieur, résiste à la chaleur et à l'oxydation mais il est très sensible aux frottement. La patine du temps saura l'embellir. Evitez le plus possible de le toucher avec votre main par frottement ou contact sinon il va s'user très vite. Ne passez aucun produit sur ce noir, surtout pas le Miror qui va le dissoudre aussitôt. Si vous tenez vraiment à le nettoyer, vous pouvez le laver avec une éponge humide et quelque gouttes de produit à vaisselle mais plus vous interviendrez, plus il risque de s'effacer vite. Mon conseil est de ne jamais le nettoyer car si vous ne frottez jamais ce noir il restera ainsi des décennies durant sans jamais disparaître. Je vous déconseille aussi d' astiquer le petit rabat de 3 mm qui borde le noir, immanquablement votre produit coulera à côté et dissoudra le noir. Laisser le tel quel.

Il est possible de fixer ce noir pour plus de solidité mais son aspect serait moins beau.


Soudures :

Les soudures, blanches (de l'argent) ou jaunes, sont visibles sous forme de petites taches (tubes), encoches (pavillon), surtout sur mes trompes en cuivre rouge et d'autant plus que la trompe n'est pas astiquée. Cela est normal et prouve que vos tubes sont soudés à la main dans un métal fin et non fabriqués dans un métal épais sur une machine. En astiquant votre trompe, ces soudures deviennent quasi-invisibles. A partir de la trompe n° 314, (novembre 2008), la soudure devient jaune et se voit beaucoup moins.

A l'intérieur du pavillon, sous le bronzage, surtout sur les trompes dite "bronze martelée", vous constaterez un renflement plus ou moins prononcé des deux zones de soudure jusqu’à la trompe n° 360. L'expérience acquise dans le travail de la soudure fait que ce renflement tend à disparaître à partir de la trompe numéro 360. (février 2013)

-----------


Tous droits réservés, la reproduction de cet article, même partielle, est soumise à l’autorisation préalable de l’auteur. Copyright Pierre de Surrel 2014

V11 Juin 2017

V11 juin 2017

Entretien de votre embouchure


. Votre embouchure est en laiton non revêtu

. Vous devez l’astiquer régulièrement

. Frotter là avec du Miror formule cuivre (supermarché) à l’aide d’un coton puis lustrer avec un chiffon propre

. Vous pouvez astiquer l’intérieur du bol et de la queue d’embouchure avec des cotons tiges imbibés de Miror

. Un astiquage régulier est facile et rapide, n’attendez pas que l’embouchure soit trop terne

. Une embouchure non nettoyée devient dure à jouer par diminution du grain en fond de bol et encrassement de la queue d’embouchure

Liquide d’astiquage

(En vente dans les super marchés Carrefour)

En résumé



Stockage


. Ne jamais laisser la trompe dans l'étui (pas plus d'une journée)


. Pendre la trompe dans une pièce la plus sèche possible


. Eloigner des sources de chaleur (poêle, radiateur)


. Eviter l’humidité


Extérieur


. Astiquer régulièrement le métal  avec un liquide ou une pâte d’astiquage (Miror, Gundel Putz, Unipol)


. Ne jamais laver l’extérieur de la trompe à l’eau


. Bannissez tout produit avec rinçage à l’eau.


. Eviter les chocs violents.


Intérieur


.  Nettoyer l'intérieur de la trompe à l'eau chaude ou froide en envoyant l'eau par la branche d'embouchure, pas par le pavillon. Je fabrique des «déboucheurs» à cet usage.


. Pas d’ huile, de lait, d’acide, soude ou autres


. Ne grattez pas l’intérieur avec quelques outil que ce soit, surtout dans la branche d’embouchure.

Pâtes d’astiquage

(En vente à l’atelier)